FAO – la solution des nations unies

Sigle de la fao

Les Nations Unies avancent l’hypothèse que l’entomophagie pourrait d’une part être une solution à la faim dans le monde et d’autre part, améliorer l’état de santé de la population de par la réduction de la malnutrition et peut être même de la pollution atmosphérique.  Mais est-ce Ban Ki Moon qui en parle ? Non, c’est la FAO (Agence des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation).

insigne de la FAO

L’insigne de la FAO (Agence des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation)

La FAO (Agence des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation) a insisté dernièrement sur le fait que la population d’insectes dans le monde était une source de nourriture inutilisée pour l’homme et les animaux. Selon le rapport de 200 pages présenté récemment à la conférence de Rome, 2 milliards de personnes à travers le monde consomment d’ores et déjà des insectes.   Selon la FAO, les insectes les plus consommés sont les scarabées, les chenilles, les abeilles, les guêpes, les fourmis, les sauterelles, les criquets, les cigales, les termites, les libellules et les mouches.   Les insectes comestibles contiennent de « bonnes graisses », et sont généralement riches en calcium, fer, magnésium, phosphore et zinc entre autres. Ils sont également une très bonne source de fibres.

Mais où trouve-t-on des insectes comestibles

La majeure partie des insectes comestibles se trouvent partout, se reproduisent facilement et laissent une faible empreinte écologique dans l’environnement. Ils fournissent une nourriture riche en protéines et nutriments et peuvent représenter un  « complément alimentaire particulièrement important pour les enfants sous-alimentés »   La FAO est actuellement également en train d’étudier les bénéfices de la consommation d’araignées ou de scorpions, même s’ils ne font pas partis de la grande famille des insectes au sens technique du terme.

Toutes ces données sont intéressantes, mais qu’en-est-il du goût ?

Le rapport mentionne que certains insectes sont considérés comme des mets délicats dans diverses parties du monde et peuvent atteindre des prix élevés. Et en conclusion, à tous ceux que cette pratique répugne toujours, nous ingérons déjà sans le savoir des insectes quotidiennement. Si l’on en croit bien sûr une étude très sérieuse encadrée par la FDA (Food & Drug Administration) et qui est arrivée à déterminer que nombres d’insectes comestibles sont mélangés par inadvertance dans les céréales par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *