Les insectes comestibles

femme mangeant un insecte comestible

Plus tôt ce mois-ci, l’ONU a publié un document vantant les avantages nutritionnels et environnementaux des insectes. Le document a causé un véritable  émoi dans les médias, avec un mélange de fascination, hochements de tête, et pas qu’un peu de répulsion. Mais pourquoi l’ONU préconise-t-elle l’entomophagie ? Pourquoi ne mangeons-nous pas déjà des insectes? Avez vous déjà testé les insectes comestibles dans la cuisine?

Le rapport intitulé : « Les insectes comestibles: les perspectives d’avenir pour l’alimentation et la sécurité alimentaire» qui provient de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation de l’agriculture (FAO) est là pour nous apporter des éléments de réponses.

 

femme mangeant un insecte comestible

Le scorpion, classé comme faisant partie des insectes comestibles, est un met délicat et délicieux.

Quand la FAO s’en mêle.

Il convient de noter que ce n’est pas un rapport basé uniquement sur le fait de manger des insectes comestibles, une pratique courante dans la plupart des pays, il s’agit également de cultiver des insectes pour la consommation humaine et animale, ce qui est une pratique beaucoup plus récent et, celle que de nombreux défenseurs de l’entomophagie défendent pour l’environnement et le développement des économies rurales. Par ailleurs, si vous êtes intéressés par ce genre de chose, nous vous recommandons la lecture du rapport dans son intégralité, qui nous a beaucoup intéressé chez Crokfun. Il est étonnamment accessible et rempli d’anecdotes historiques et modernes fascinantes sur le fait de manger des insectes partout dans le monde.

Que trouves-t-on dans les insectes comestibles ?

Leur étude conclut que de nombreuses espèces d’insectes comestibles fournissent un apport calorique satisfaisant, en protéines et en acides aminés pour l’alimentation humaine, tout en étant riches en acides gras mono-insaturés et/ou graisses polyinsaturées et riches en oligo-éléments tels que « le cuivre, le fer, le magnésium, le manganèse, le phosphore, le sélénium et le zinc ainsi que la riboflavine, l’acide pantothénique, la biotine, et dans certains cas l’acide folique.  » Le rapport de la FAO quant à lui, comprend des données supplémentaires concernant l’aspect nutritionnel d’une poignée d’espèces, notamment les espèces de sauterelles, les grillons, les termites, les charançons et les chenilles.

De nombreuses espèces comestibles sont riches en fer, un minéral qui est déficient dans de nombreux régimes alimentaires, et certains, comme les larves, contient des niveaux considérablement plus élevés en zinc. Un graphique inclus dans le rapport compare le contenu nutritionnel des vers de farine, dont les auteurs affirment qu’ils seraient faciles à cultiver à grande échelle dans l’Ouest. Sur de nombreux fronts, les vers de farine contiennent une composition nutritionnelle similaire ou supérieure à la viande bovine.

carte du monde insectes comestibles

Afin de mieux se rendre compte, voici une compte qui résume bien la situation. Ou en sommes nous au niveau mondial de la consommation d’insectes comestibles ?

Aspect nutritionnel & bactériologique

Dans de nombreux pays, les insectes comestibles compensent d’autres carences nutritionnelles dans le régime alimentaire régionales.  Les insectes sont souvent présentés comme une source précieuse de protéines, mais leurs autres propriétés nutritionnelles précieuses ne doivent pas être ignorées.

Les non-mangeurs d’insectes peuvent considérer comme sale ce qui le font, mais pouvez-vous réellement être malade en mangeant des insectes? La consommation de viandes de mammifères et d’oiseaux nous ouvre à toutes sortes d’infections zoonotiques, de salmonelles et jusqu’à  la maladie de Creutzfeldt-Jakob. Bien que les infections parasitaires de la consommation d’insectes ne soient pas rares, car les insectes non cuits  peuvent transporter des nématodes qui peuvent infester l’hôte humain (chose impossible avec les produits vendus par Crokfun, qui sont tous déshydratés avant d’être vendus), par exemple, les auteurs de l’étude de la FAO  notent »qu’aucun problème de santé important n’a surgi de la consommation d’insectes comestibles. »

Les insectes, après tout, sont beaucoup plus liés aux êtres humains que les porcs, les bovins et les ovins le sont. Assurez-vous de bien cuire les grillons, cependant. Si nous parlons de la durée de vie, cependant, les bactéries de détérioration sont une préoccupation, même chez les insectes qui ont déjà été cuits. L’an dernier, dans un article publié dans le contrôle des aliments , des chercheurs de l’Université de Wageningen ont constaté que, tandis que les entérobactéries ont été facilement tuées au cours du chauffage, les bactéries formant des spores étaient un sujet de préoccupation, même pour les vers de farine et les grillons cuits. Les chercheurs ont toutefois pu obtenir des résultats prometteurs avec des méthodes simples de conservations comme le séchage et

Sensibilité particulière

Cependant,  les humains pourraient encore être sensibles aux maladies d’origine alimentaire qui résultent de l’agriculture, et du traitement et de la manipulation des insectes alimentaires. Après tout, nous sommes sensibles aux agents pathogènes non seulement de l’agriculture animale, mais de l’agriculture végétale aussi. Les auteurs de l’étude notent que les normes de sécurité et de manipulation alimentaires devront être mises en place pour les insectes afin de réduire les risques de maladies d’origine alimentaire.

Il s’agit de maintenir nos insectes mangeables propres. Même certains insectes qui sont toxiques pour les humains peuvent faire un repas délicieux  tant qu’ils sont correctement préparés. Zonocerus variegatus , une sauterelle d’Afrique occidentale et équatoriale, ingère les toxines des plantes qu’elles consomment, ce qui les rend toxiques pour les humains et les animaux. Cependant, les cuisiniers au Cameroun et au Nigeria rendent ces sauterelles sans danger pour la consommation humaine en les chauffant dans de l’eau tiède, puis en changeant l’eau avant de les faire cuire.

langue dégout insectes comestibles

Peu importe les beaux discours, manger des insectes fait très certainement peur quand on en a jamais manger.

Heureusement, quand il s’agit de préparer les insectes, nous n’avons pas à réinventer la roue, nous avons des siècles de méthodes de cuisson traditionnelles à étudier et à mettre à profit. Une autre préoccupation, une plus gênante que les préoccupations uniquement pathogènes, concerne les réactions allergiques aux insectes mangeable. Il existe certaines preuves anecdotiques de personnes qui développent des allergies alimentaires avec des punaises d’eau et d’autres insectes comestibles, mais les auteurs du rapport FAO estiment que les personnes sans antécédents de sensibilité arthropodes sont peu susceptibles de présenter des réactions allergiques à la consommation d’insectes. Ce sont les gens qui travaillent avec les insectes, les chercheurs, techniciens de laboratoire, les agriculteurs ou encore les transformateurs qui seraient probablement plus sensibles à des réactions allergiques. Après tout, ces gens ne consomment pas des insectes, ils inhalent des matières fécales et touchent les poils irritants.

Déficit d’image

Parce qu’ils ont été vus seulement comme un parasite, les insectes à manger ont tendance à être considérés comme sales plutôt que délicieux. En tant qu’Européens aventurés dans d’autres parties du globe, ils ont tendance à voir le fait de manger des insectes comme un signe de sauvagerie entre les différents peuples autochtones. Cette aversion européenne à manger des insectes comestibles a tenu, même dans des circonstances où la nourriture était rare autrement. Un exemple est cité dans le rapport de la FAO. Celui des colons blancs qui sont arrivés dans la région du Grand Lac Salé à la fin du 19e siècle. En l’absence de connaissances traditionnelles sur la façon de cultiver la terre, les colons mormons ont constaté que leurs récoltes ont échoué et se sont tournés vers une tribu indigène locale, l’Ute.

Les Ute préparaient un plat à haute teneur en protéines, une nourriture riche en calories connue sous le nom de gâteaux des Prairies, pour les colons. Même si aujourd’hui la sauterelle qui constitue un ingrédient principal dans les gâteaux des Prairies est connue comme le « cricket Mormon ». Une fois que les colons ont appris tout ce qu’ils mangeaient, ils se sont abstenus de consommer davantage le gâteau de prairie. Pourquoi les Occidentaux ne veulent pas manger des insectes ? Dans la plupart des pays, de l’Asie à l’Afrique à l’Amérique latine, les insectes ont toujours été considérés comme faisant partie d’une alimentation saine. Beaucoup d’Américains pourraient être surpris d’apprendre que, dans certains États mexicains, les gens tiennent encore un calendrier insectivore selon les saisons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *