Le ver à soie ou Bombyx Mori

Le ver à soie est le nom donné à la chenille d’un papillon de nuit que l’on appelle le Bombyx du mûrier, car il se nourrit du mûrier. Cette chenille fabrique un fil de soie utilisé pour la confection de tissus d’une qualité incomparable.

brochette de vers à soie

Les larves de ver à soie…. Miam, l’un des insectes comestibles les plus goûteux qui soit. Une occasion de se faire plaisir à ne pas manquer !

Comment élève-t-ton cet insecte comestible ?

L’élevage du ver à soie a commencé 2 700 ans avant J.-C. et à traverser plusieurs pays la Chine, l’Inde, la Perse, la ville de Constantin l’actuel Istanbul, la Grèce, l’Espagne, l’Italie et enfin la France vers 1450. Mais l’essor de l’élevage du ver à soie ne commença qu’au 18ème siècle en France.  Cet animal a été depuis longtemps domestiqué à tel point qu’il ne vit plus dans la nature à l’état sauvage, le papillon issu de sa mue est incapable de voler et de se nourrir sans l’homme. Ce dernier l’élève alors pour la soie qu’il produit.

Ver à soie : Information complémentaire

Le ver à soie est celle d’un insecte comestible doté d’une courte durée de vie, en moyenne six semaines. Durant son cycle il se mue quatre fois, la première fois à 4 jours, puis au 11eme, 17eme et 25eme jour. En fin de maturité les chenilles peuvent atteindre 6 à 8 cm de long. Leur poids est multiplié par 10 000 en un mois soit 4 à 5 grammes. Après ses quatre mues, il devient enfin adulte et il cesse alors de manger et de dormir. A une température d’environ 30°C e ver à soie finit son développement larvaire en 1 mois et demi.

A quoi le ver à soie ressemble-t-il ?

Après le dernier repas, la chenille change progressivement de couleur, elle vire du blanc gris au jaunâtre, car son corps produit beaucoup de soie : c’est l’encabanage. Avec à sa bouche munie d’une trompe, la chenille de ver à soie peut arriver à tisser jusqu’à 1 km de fil qu’elle entrelace autour d’elle jusqu’à obtenir 30 couches environ. Et c’est à l’intérieur de ce cocon que la chenille se transforme en nymphe. Le papillon ramollit ensuite la soie pour sortir du cocon par un petit trou. Il grimpe sur un support pour déployer ses ailes. Quelque temps plus tard, les femelles s’accouplent avec les mâles avant de pondre leurs œufs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *